Journées pédiatriques 2022 - EDITION VIRTUELLE

 

La prochaine édition des Journées pédiatriques aura lieu du 29 novembre au 1er décembre 2022, sur une plateforme d’événements en ligne interactive.

Les principales sessions seront:  

 

  • Zéro séparation et soins de santé centrés sur la famille 

Aujourd'hui, les mères et les nouveau-nés sont systématiquement séparés directement après la naissance dès qu'un traitement et/ou des soins spécialisés sont nécessaires. Même si les effets positifs d'un contact étroit entre un nouveau-né et son parent sont bien connus, les situations de séparations restent courantes. Garder les mères et les nouveau-nés ensemble, même lorsque qu'une admission en néonatalogie est nécessaire, est une approche des soins centrés sur la personne qui présente de nombreux avantages, notamment la mise en place de l'allaitement, qui permet de réduire les risques de maladies et de décès chez les nouveau-nés.     

C'est cette thématique des soins centrés sur la famille qui sera présentée pendant les Journées pédiatriques 2022. Cette session introduira le concept de "zéro séparation mère-bébé", explorera dans quelle mesure ce concept est appliqué aux seins des projets MSF, présentera les principaux obstacles et défis et nous réfléchirons aux manières d'adapter ce concept à la réalité du terrain.

 

  • Maladies Tropicales Négligées (MTN)  

Les populations marginalisées, négligées et souffrant de pauvreté sont particulièrement exposées aux Maladies Tropicales Négligées (MTN). Les enfants sont quant à eux touchés de manière beaucoup plus importante. Le diagnostic et la prise en charge de ces maladies très diverses sont souvent difficiles. Face à un manque global de volonté d'innovation, MSF souhaite utiliser ces Journées pour soutenir les actions de plaidoyer ainsi que l'engagement des acteurs concernés.

Cette session adoptera un point de vue opérationnel sur le diagnostic et le contrôle des MTN. Un débat sera ouvert sur les traitements pédiatriques, l'administration des médicaments, le besoin continu de plaidoyer, et le lien entre les MTN et la mise en place de "OneHealth" (intégrant la santé des êtres humains, des animaux, de l'environnement et des systèmes naturels). 

 

  • Paludisme : mieux vaut prévenir que guérir  

Selon le dernier rapport sur le paludisme dans le monde, il y a eu en 2020, 241 millions de cas de paludisme, dont 627 000 mortels. Au total, 95 % de tous les cas et 96 % de tous les décès dus au paludisme ont lieu en Afrique. Les enfants de moins de 5 ans représentent environ 80% de tous les décès dus au paludisme dans la région.     

Cette session est basée sur le concept de prévention, tout en prenant en compte que les difficultés liées à la mise en œuvre des activités de prévention peuvent être plus importantes que de fournir les traitements indiqués pour soigner les patients souffrant du paludisme. La lutte antivectorielle, le traitement préventif intermittent chez les nourrissons et les enfants (TPIn/TPIc), la chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS) et le vaccin antipaludique seront les sujets abordés pendant cette session. La discussion et le débat s'orienteront vers les défis liés à la mise en place de ces actions de prévention et nous aurons l’occasion d'aborder les différentes stratégies, de discuter de leur efficacité, tout en considérant la variété des contextes et des saisons où travaille MSF.